LE VIRUS ? PASSEZ-LUI UN SAVON ! IL N’AIME PAS ÇA

virus_covid_19

Le virus du Covid-19 : une nanomachine biologique d’à peine 1 dixième de millième de millimètre et dont la seule occupation est de se multiplier et de nous compliquer l’existence. Mais pour ça il doit se faire héberger par un hôte, un organisme vivant et notre organisme lui convient tout à fait. Alors autant l’empêcher de s’installer durablement.

photo_MEB_virus_covid

Restons volontairement très schématiques : le virus du Covid-19 c’est d’abord son cœur, qui contient le matériel génétique nécessaire à sa multiplication, et ensuite son enveloppe, constituée de matière grasse portant des dispositifs d’amarrage à nos cellules à nous.

Les mécanismes de l’infection

Certains virus ne sont pas équipés de tous les outils leur permettant de se multiplier de façon autonome et de nous rendre ainsi malades. C’est dans les cellules de notre corps que trouvent les éléments qui leur font défaut. Encore faut-il qu’ils parviennent à y pénétrer. Heureusement, nos cellules sont protégées elles aussi par des enveloppes, des membranes. Tant mieux car elles sont de véritables usines qui travaillent en permanence à échanger de l’énergie et de la matière avec l’extérieur pour nous maintenir en bonne santé. Il est donc essentiel que ces échanges soient contrôlés qualitativement et quantitativement.

Certains de ces moyens de contrôle sont des molécules complexes situées à la surface externe de la membrane cellulaire. Elles sont comparables à des points d’arrimage spécifiques, avec code d’accès, destinés à un nombre limité d’autres molécules susceptibles de naviguer dans le secteur. Malheureusement, le virus du Covid-19 et certains de ses mutants possèdent le code d’accès (protéine S) à un point d’arrimage stratégique (enzyme ACE2) de la cellule.

Une fois le virus ancré, la membrane cellulaire s’ouvre et le virus transfère son contenu dans celui son hôte. Il en détourne alors, pour son propre compte, certains outils de fabrication pour se répliquer en nombreux autres virus qui iront à leur tour contaminer d’autres cellules. La maladie progresse ; au mieux sans symptômes, au pire sous forme aiguë.

arrimage_virus_à_cellule

Exploitez le point faible du virus

La faiblesse du virus, c’est son enveloppe qui porte les dispositifs d’amarrage. Sans elle, impossible pour le virus de se fixer à la cellule et d’en forcer l’entrée. Cette enveloppe est constituée de lipides, c’est-à-dire de matière grasse. Avec quoi vous nettoyez-vous les mains lorsqu’elles sont grasses ? C’est exactement ça : de l’eau et du savon tout simplement ! Si vous avez déjà lu sur notre blog comment fonctionne un détergent, vous avez déjà compris comment de l’eau et du savon peuvent déstructurer et solubiliser l’enveloppe lipidique du virus.

Un atout du virus : il est invisible. Impossible de savoir si vous en avez sur les mains. Si c’est le cas et que vous vous grattez le nez ou vous frottez l’œil, il migre sur les parties touchées. Alors, avant de le disséminer sur vous-même ou les personnes avec qui vous êtes en contact, principe de précaution : lavez-vous les mains avec du savon, régulièrement.

Bien sûr, quand on est en déplacement, il est plus commode d’utiliser un produit nomade comme le gel hydroalcoolique. Toutefois son application répétée finit par abimer la peau. Alors chaque fois que vous en avez l’occasion, désinfectez-vous les mains avec un savon surgras qui, en plus, réhydratera votre peau.

P.S.

Surtout, ne tentez pas de vous désinfecter avec des oxydants puissants comme l’eau de Javel ou l’eau oxygénée, même si certain président des USA a suggéré de les administrer par injection !

 

Références documentaires

Le coronavirus en 7 points (source : RFI)

Ces savons qui font la peau au virus (source : Santé Magazine)

[Covid-19] Comment le coronavirus pénètre dans nos cellules et s’y réplique… Et comment le contrer (source : Industrie & Tecchnologies)

COVID-19 : Mais quelles sont les cellules que le virus préfère ? (source : santé log)

Analyse de la protéine qui permet au SARS-CoV-2 d’infecter les cellules (source : INRAE)